FDD Night le 7 octobre à 18h15

Événement Fier d'être Développeur

Après le succès de l’événement 2013, l’association ‘Fier d’être développeur’ vous donne un rendez-vous le mardi 7 octobre à 18h15 à l’école 42.

L’événement est ouvert à tous les développeurs et toutes les développeuses.

 
 

Plusieurs invités de marque pour la table ronde cette année :

  • Thomas Boudalier, le visionnaire technique derrière Néolane acquis récemment par Adobe,
  • Romain Niccoli, le cofondateur de Critéo, l’un des plus grand succès du web français,
  • Cédric Bignon, le  “meilleur dev de france 2014”, qui lance sa startup
  • Et d’autres intervenants à confirmer prochainement.

 



Programme:


  • 18h15 :
  • 18h30-19h15 :
  • 19h15-20h :
  • 20h-20h30 :
  • 20h30:
Accueil
Table ronde sur l’évolution du métier de développeur, à l’heure du cloud, animée par Jean Rognetta
Session d’actualité technologique avec une démonstration alliant différentes technologies
Les dernières actualités sur l’enseignement du code à l’école
Cocktail party

 
Nous vous attendons nombreux(-ses) pour affirmer que vous êtes fières et fiers d’être dev !

Posté dans Actualités, Uncategorized | Taggé , , , , , , , | Laisser un commentaire

A toutes les développeuses !

 

T-shirt-Templates

Y a pas que les mecs qui développent !

Et ce n’est pas parce qu’elles développent que les développeuses doivent s’habiller en mec !

Breaking news : les Tee-Shirt filles viennent d’arriver en série limitée.

Inscrivez-vous sur le site, indiquez votre taille, et c’est un Tee Shirt ‘Fière d’être dev’ que vous recevrez prochainement avec une coupe féminine.

 

L’équipe FDD

Posté dans Actualités | Taggé , , , , | Laisser un commentaire

Girls Can Code

à

 

Girls Can Code !’ Une nouvelle initiative de l’EPITA pour sensibiliser le public féminin sur l’avenir des métiers de l’informatique au travers d’un stage de 6 jours entièrement pris en charge.

A l’initiative des associations Prologin et France-IOI, ce stage de programmation se déroulera à l’EPITA du 25 au 30 août.

Ce stage est ouvert à toutes les jeunes filles qui ne sont pas encore détentrices du baccalauréat. Pour tenter d’y participer, il suffit de remplir le formulaire d’inscription avant le 8 août ici

 

Bonne chance !

Posté dans Actualités | Taggé , , , | Laisser un commentaire

Axelle Lemaire : La nouvelle politique numérique de la France

 

7550994-axelle-lemaire-devoile-la-nouvelle-politique-numerique-de-la-france

Dans une interview à Challenge, Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargé du numérique a dévoilé la nouvelle politique numérique de la France et a affiché toutes ses ambitions.

Après quelques mois de rodage, la franco-canadienne a vite trouvé ses marques au sein du gouvernement. Elle souhaite sensibiliser tous les écoliers français au numérique dès leur plus jeune âge et ses idées ne s’arrêtent pas là.

 

Dans cette interview, Axelle Lemaire, parle des axes de la politique qu’elle entend mener suite au lancement de son plan d’urgence de numérisation des écoles françaises dont les 16.000 qui ne sont pas encore connectées !

Pour elle, l’enseignement de l’informatique à l’école est aussi important que l’apprentissage d’une langue étrangère. Elle a aussi insisté sur le fait qu’elle soutenait l’ensemble des initiatives associatives d’apprentissage du code en dehors des horaires académiques. Ces initiatives sont importantes puisqu’elles contribuent selon elle « à comprendre le langage du code et à créer des futurs adultes autonomes dans un environnement totalement numérique ».

Pour accélérer le virage numérique de la France, la secrétaire d’État chargé du numérique va présenter fin août une communication très médiatisée en conseil des ministres.

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview ci-dessous :

Posté dans Actualités | Taggé , , | Laisser un commentaire

L’apprentissage du code informatique sera proposé en primaire dès le mois de septembre !

C’est ce qu’a annoncé Benoït Hamon dans son interview au JDD du 13 juillet. L’école ne peut plus ignorer l’importance du numérique qui se généralise dans toutes les disciplines et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. La question n’est donc plus de savoir s’il faut apprendre l’informatique mais comment ? 

A la rentrée de septembre, une initiation au code informatique devrait être proposée dès l’école primaire, de manière facultative et sur le temps périscolaire, et s’inscrire dans les programmes du second degré. Les professeurs de mathématiques et de technologie pourraient naturellement assumer le rôle de pédagogues du code.

 

ju

 

« Il ne s’agit pas de faire de tous les collégiens des développeurs mais de détecter des talents, de susciter des vocations pour un secteur stratégique dans la compétition mondiale »

Les Etats-Unis et l’Angleterre ont déjà inscrit l’enseignement du code informatique à l’école. L’informatique donne du sens à l’apprentissage, on voit le résultat et ça a surtout un côté ludique

« Si maîtriser le français est indispensable pour penser, formuler un jugement, s’exprimer et communiquer, les mathématiques comme l’informatique sont d’autres formes de langage, qui apprennent la logique, facilitent la manipulation de concepts. [L'informatique] favorise l’interaction au sein de la classe, stimule la participation de tous, y compris de ceux qui restent en retrait. »

Posté dans Actualités | Taggé , , | Laisser un commentaire

Qu’est-ce qui fait un bon développeur ?

Henrik_WarneLinkedIn_400x400

 

Un autre développeur qui se lance sur le sujet ! C’est tout de même une question intéressante que s’est posée Henrik Warne, ce développeur de Stockholm présent dans le monde du code depuis plus de 20 ans. Il a choisi de lister cinq caractéristiques essentielles pour être un bon programmeur. Son article de blogWhat Makes a Good Programmer? nous invite à nous faire réfléchir sur le métier du développement logiciel et à en discuter entre développeur. Invitation acceptée !

 

Première caractéristique : la décomposition du problème

Selon Henrik Warne, l’objectif de la programmation est de résoudre des problèmes. Cependant, comme il l’explique, avant de coder, il est impératif d’avoir une idée claire de la façon dont le problème va être résolu. Les bons programmeurs ont la capacité de décomposer un problème en plusieurs parties afin de le résoudre plus facilement. Néanmoins, ce bon développeur ne se contente pas de trouver le moyen de résoudre le problème, il va plus loin en tentant de le modéliser de façon à ce que le programme à mettre sur pied soit facile à implémenter et à tester.

 

Deuxième caractéristique : l’analyse du scénario

Henrik Warne nous montre dans son billet de blog qu’un bon développeur est une personne qui fait preuve d’une grande anticipation sur l’ensemble des scénarios possibles (exemple : logique du programme, évènements internes et externes). Ensuite, pour tenir compte des chemins différents dans la logique, le développeur suédois suggère au développeur de se poser plusieurs questions du type :

- Que se passe-t-il si cet argument est nul ?

- Et si aucune des conditions sont vraies ?

- Cette méthode est-elle thread-safe ?

 

De plus, dans l’objectif de découvrir les types d’évènements que le logiciel doit gérer, il est nécessaire de se poser les questions suivantes :

- Que faire si cette file d’attente est pleine ?

- Que faire s’il n’y a pas de réponse à cette demande ?

- Que faire si l’autre serveur redémarre pendant que ce serveur redémarre ?

 

Les bons développeurs vont se demander : Comment est-ce que cela peut se casser ? En d’autres termes, ils ont la capacité de se mettre à la place d’un testeur. En revanche, les programmeurs inexpérimentés penseront que tout va se dérouler comme prévu. C’est généralement à ce moment que l’inévitable se produit !

 

Troisième caractéristique : le nommage

Pour Henrik Warne, la programmation consiste de manière large à nommer les choses. En effet, le nommage des variables, des classes et des méthodes est un aspect clé de la programmation. Lorsque le nommage est bien fait, le programme devient en grande partie auto-documenté, ce qui signifie que la fonction du programme est tout à fait clair et facilite la lecture du code source.

 

Un des effets de l’auto-documentation est que cela conduit naturellement à de nombreuses petites méthodes plutôt que quelques grandes. Pourquoi ? Simplement parce qu’il y a plus d’endroits où il est possible de mettre des noms significatifs (ce n’est pas la seule explication).

 

Venir avec de bons noms est beaucoup plus difficile qu’il n’y parait. Henrik Warne cite Phil Karlton pour illustrer son propos: « Il n’y a que deux choses difficiles en informatique: l’invalidation du cache et nommer les choses ».

 

Oui, le nommage est difficile car il doit exprimer ce qu’il représente. Parfois, ce n’est pas immédiatement clair, mais cela le devient lors des différents processus de développement. Par conséquent, le renommage est tout aussi important que le nommage.

 

Quatrième caractéristique : la cohérence

Il s’agit de la caractéristique la plus importante pour Henrik Warne puisque finalement, le plus grand défi dans la programmation est probablement la gestion de la complexité. La cohérence est clairement un moyen de gérer la complexité étant donné qu’elle réduit une partie de la complexité en permettant de voir les modèles et de déduire la manière dont les éléments sont nommés, utilisés et manipulés.

 

L’auteur de l’article explique ici que la cohérence permet au développeur de ne pas trop utiliser son cerveau pour se rappeler des exceptions et des variables aléatoires. Au lieu de cela, il est plus important de se concentrer sur la complexité essentielle et la complexité non accidentelle.

 

La cohérence est selon lui importante dans tous les domaines. Elle s’applique aux noms de variables, aux méthodes, structures, à l’interface utilisateur, à la gestion des erreurs, la documentation, etc. Plusieurs incohérences peuvent toutefois se présenter lors de la modification d’un programme. Lorsqu’un développeur ne fait pas attention par exemple à la compatibilité de ce qu’il ajoute au code existant. Les bons programmeurs sont quant à eux implacables sur ce sujet et veillent constamment à l’exactitude de chaque détail. Ils connaissent l’importance de la cohérence dans la gestion globale de la complexité.

 

Cinquième caractéristique : l’apprentissage

En tant que développeur, il est impératif d’apprendre et de se remettre en question constamment. Henrik Warne explique que :

- avant d’ajouter une nouvelle fonctionnalité un développeur doit comprendre ce qu’elle est censée apporter.

- avant d’ajouter du code à un programme existant, un développeur doit à apprendre ce que le code existant fait pour s’adapter le mieux possible à la nouvelle fonctionnalité.

 

La capacité d’apprendre rapidement permet au développeur d’être beaucoup plus efficace. Tout d’abord parce que le rythme de développement dans le domaine du génie logiciel est si élevé qu’il y a un flux constant de nouvelles langues, techniques, de nouveaux outils et cadre à apprendre.

 

En conclusion, Henrik Warne met en évidence cinq caractéristiques génériques que doit posséder un bon développeur. En aucun cas ces caractéristiques sont spécifiques à un propre langage. Posséder ces caractéristiques ou compétences revient finalement à appréhender un langage ou un outil beaucoup plus facilement. Est-ce que Henrik Warne a cité les plus importantes ? Qu’en est-il de la communication par exemple?

 

Vous pouvez retrouver l’ensemble de son article sur son blog, consultable ici.

 

Selon vous, qu’est-ce qui fait un bon développeur ? Etes-vous d’accord avec les cinq caractéristiques présentées par Henrik Warne. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur le blog ou à nous mentionner sur Twitter : @fierdetredev.

Posté dans Actualités | Taggé , , | Laisser un commentaire

Adopte Un Développeur !

Adopte un développeur

Adopte un développeur

Posté dans Actualités | Taggé , | 2 Commentaires

Made With Code : une initiative de Google pour encourager les femmes à coder

Pour toutes les personnes qui seraient surprises à la lecture de ce titre, nous rappelons que de plus en plus de femmes songent à devenir développeuses. Il est vrai que suite à l’initiative de grandes entreprises comme Google ou encore des associations à l’image d’ E-mma, les femmes commencent à s’intéresser à l’informatique.

Objectif : intéresser les jeunes filles à l’informatique dès leur plus jeune âge

 

Selon Google, les développeuses ne sont pas assez nombreuses, c’est le pourquoi de la naissance de l’initiative Made with Code qui souhaite encourager les femmes à s’intéresser au développement informatique.

Aujourd’hui l’informatique est partout non seulement dans le secteur des nouvelles technologies mais dans bien d’autres domaines et cette tendance va encore s’accentuer.

 

g

 

Cette initiative est partie d’un constat : le pourcentage des étudiantes en informatique reste très faible. Aux Etats-Unis, les étudiantes sont moins de 1% à penser que le développement informatique pourrait représenter leur avenir malgré le fait que ce soit le domaine porteur du moment. En effet, plus de 4 millions de postes seront à pourvoir aux USA d’ici 2020 dans le domaine de l’informatique.

La représentation des femmes dans le monde de l’informatique est toujours très faible. Google a d’ailleurs constaté que seulement 30% de ses employés sont des femmes. Pour comparaison, chez Yahoo, les femmes ne représentent que 38%.

Sur le site de l’initiative au design très féminin, on peut y trouver des témoignages de femmes ayant codé dans différents domaines notamment Danielle Feinberg de Pixar. On y retrouve aussi des projets classés par ordre de difficultés qui permettent d’apprendre à coder des cartes animées, des sites web et même des applications.
 
Foncez les filles, l’informatique n’attend plus que vous !
 

Posté dans Actualités | Taggé , , , , | 1 Commentaire

Recrutement : les développeurs ont le pouvoir !

L’évolution rapide du marché de l’IT ainsi que l’accélération de l’Innovation booste le marché du développement et les agences de recrutement s’engouffrent dans ce créneau. Pour s’adapter au marché et attirer les développeurs, elles ont cependant dû adopter de nouveaux procédés.

En effet, sur ce marché  il y a plus d’offres d’emplois que de développeurs, par conséquent, les développeurs ont le choix et on parle aujourd’hui de recrutement inversé. Plusieurs sociétés en font leur spécialité comme : Breaz, ChooseYourBoss, JobProd et Météojob.

 

Breaz

breaz.io

Breaz, une idée originale pour recruter les développeurs. Ce site de recrutement est une place de marché qui permet aux entreprises de recruter les meilleurs développeurs. Lancée en avril 2014, l’entreprise compte aujourd’hui plusieurs centaines de développeurs inscrits et une cinquantaine d’entreprises et startups tech sélectionnées sur la plate-forme. C’est un nouvel acteur du recrutement IT qui a su inverser l’équilibre de ce marché de l’emploi pour créer plus de transparence et de la mobilité.

 

Choose Your Boss

ChooseYourBoss

Le site Web Choose Your Boss annonce clairement la couleur. Spécialisé dans la mise en relation candidat/recruteur dans les métiers de l’IT, il donne le pouvoir au développeur. Le recruteur y dépose son offre, associée à une série de tags de compétences, comme « .NET », « Java », « HTML 5 » afin de dresser rapidement le portrait du développeur recherché. Côté candidat, c’est lui qui crée ses critères de recherche comme les compétences, le type d’entreprise et de salaire. Selon les critères choisis, le développeur reçoit des annonces qui lui correspondent. L’anonymat du candidat est préservé jusqu’à ce qu’il décide de prendre contact avec le recruteur.

 

JobProd

job prod

La plupart des développeurs sollicitent JobProd car ils recherchent une entreprise où il fait bon travailler en terme de management, plutôt en petites équipes et avec un équipement informatique à la pointe de la technologie. Le site de recrutement accompagne aussi bien les candidats que les recruteurs et propose un angle de recrutement centré sur le développeur et sa valeur.

 

Météojob

meteojob

Météojob et la théorie du matching. Cette entreprise créée en 2008 s’impose comme une vraie alternative au recrutement. Elle propose une plateforme généraliste de recrutement nouvelle génération. Pour sa semaine spéciale Informatique, le site internet propose au développeur et au recruteur de remplir tous deux un questionnaire afin de « matcher » le profil du candidat avec une annonce. Il y a moins d’offres sur cette plateforme mais elles sont beaucoup plus ciblées pour les candidats.

Posté dans Actualités | Taggé , , , | 4 Commentaires

La mixité des développeurs : Interview de l’association E-MMA

profil-Interview-e-mma-epitechSelon le site silicon.fr, les femmes représentent seulement 10% des développeurs français en 2014. Il est intéressant de noter que cette inégalité n’est pas présente dans tous les pays. En Inde ou en Tunisie, la parité est plutôt respectée.

 

Il y a très certainement une part culturelle qui entre en jeu en ce qui concerne les développeurs en France. L’image du développeur français est très rapidement associée à un « Geek ». Les différents préjugés du développeur rendent plus difficile l’accès à ce métier au public féminin et notamment les étudiantes. Pour éviter cela, plusieurs initiatives existent dont l’association E-mma, que nous avons souhaité rencontrer.

 

L’association E-mma a répondu à nos questions autour de la mixité du métier de développeur. L’association a pour mission de démystifier le monde du numérique, mettre en place un suivi particulier auprès des étudiantes de l’Epitech puis mettre en avant le nouveau visage féminin des nouvelles technologies.

 

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ainsi que l’association Emma, quel est votre objectif principal et quelles sont les actions que vous menez ?

Je m’appelle Clémence Barthoux, j’ai 21 ans et suis actuellement en fin de 3e année à l’Epitech Paris.

J’ai co-fondé avec Christelle Plissonneau, une autre étudiante de 3 e année, l’association E-mma en Octobre 2013.

L’idée est née d’un constat évident : même si depuis 15 ans, l’informatique se démocratise dans sa volonté de parité, ce milieu reste majoritairement masculin, tant en termes de population que d’image. L’Epitech est aujourd’hui le reflet de cette réalité.

A partir de cela, nous avons défini 3 objectifs principaux :

  1. Démystifier le monde du numérique auprès des lycéens et des lycéennes à travers un projet de pitchs présentant de manière originale l’informatique dans les classes de lycées.
  2. Mettre en place un suivi particulier auprès des étudiantes de l’Epitech à leur arrivée. Nous avons par exemple mis en place un système de ‘marrainage’ entre les étudiantes de 1e année et les étudiantes d’années supérieures.
  3. En parler à l’extérieur et mettre en avant le nouveau visage des nouvelles technologies, en participant à des interviews, tables rondes et événements d’autres entités travaillant sur les mêmes sujets.

C’est aujourd’hui Elodie Bordet, étudiante en fin de 4e année qui reprend les rênes de l’association au poste de Présidente pour l’année 2014-15.

 

Avant de mettre en place cette initiative, aviez-vous constaté des disparités entre développeurs et développeuses ?

A l’école, parfois. Nous faisons partie de la minorité et ce n’est pas toujours une position facile. Nous devons nous adapter à cet univers très masculin, et nous faire accepter en tant que développeuse à part entière.

 

Pensez-vous que les femmes soient considérées différemment des hommes dans ce métier ?

Le regard est différent car nous sommes « rares ». C’est un parcours atypique pour une femme de choisir l’informatique alors que pour un homme c’est tout à fait normal. Mais je ne pense pas que la situation soit différente pour un homme qui travaille dans un milieu majoritairement féminin.

 

Qu’en est-il pour le recrutement ? Est-ce un atout ou un handicap d’être une femme ? cf cet article (un réseau social professionnel aurait refusé de publier l’annonce d’un recruteur parce que la jeune femme présentée était « trop jolie » pour être Développeur Web).

Je dirai les deux : d’un côté il y a les recruteurs qui seraient ravis de voir leurs équipes se féminiser, qui n’ont aucun à priori sur nos capacités et qui sont même prêts à nous payer plus pour nous avoir ; de l’autre, les recruteurs qui se disent « ouverts d’esprit » mais qui restent persuadés que si une femme est moins productive et moins douée  qu’un homme, c’est que c’est forcément dû à son sexe.

 

La révolution digitale bouscule la société, est-elle, à votre avis, vecteur d’égalité professionnelle hommes femmes ?

L’égalité professionnelle entre hommes et femmes est aujourd’hui un sujet d’actualité. La révolution digitale a permis de mettre en lumière les problématiques et de donner la parole à ces femmes et à ces hommes qui souhaitent y tendre. Je pense qu’il faudra néanmoins attendre plusieurs années avant de voir un réel changement.

 

Quelle est la prochaine action ou évènement de l’association E-mma ?

Prochaine étape, déployer E-mma dans toutes les écoles de l’Epitech en France (12 écoles au total) et préparer la rentrée 2014 avec l’accueil des nouvelles étudiantes et la mise en place des pitchs dans les lycées d’Ile-de-France.

 

En tant qu’association E-mma, quel est votre discours face à ce type de réaction?

« Un développeur : Et toi tu fais quoi ?

Une développeuse : Je suis Développeuse Web

Un développeur : Woh ! Ca existe ???? »

Il faut prendre ces réflexions avec humour et rester au-dessus de tout cela.​ Il n’y a pas de solution miracle à part en parler et nous faire connaître afin qu’un jour, femme et développeuse puissent se marier dans la même phrase.

 

Pour terminer, pourquoi êtes-vous fière d’être développeuse ?​

Je suis fière d’être développeuse parce que c’est un milieu dynamique et très enrichissant. J’aime ce que je fais, ce que je suis devenue et je sais que j’ai trouvé ma voie.​

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur leur site Internet

Posté dans Un métier d'avenir | Taggé , , , | Laisser un commentaire