Pourquoi des membres fondateurs qui ne sont plus de “purs développeurs” ?

Yannick Grenziger a posté le commentaire suivant, particulièrement pertinent, et qui me semble mériter une communication spécifique :

Bonjour,

J’aimerais savoir qui dans la liste des membres fondateurs a comme principal voir unique objectif la production de code.

Je ne connais pas le CV de tous mais tous ceux dont j’ai parcouru le profil sur LinkedIn n’ont pas gardé le titre de développeur (mais je vois évangeliste, Directeur, CTO …)

Faudrait-il ne plus coder pour apprécier le métier de développeur ?

Bien sur je suis le premier à être d’accord sur le fond mais j’ai le même regret qu’à la fin du Paris JUG sur le métier de développeur que ce soit pas des personnes qui codent l’ensemble de la journée qui viennent nous prouver qu’ils sont fier d’être développeur :)

Au-delà de la polémique, c’est une question qui m’a taraudé à la création car la constitution d’une liste pertinente était une équation compliquée.

Tout d’abord, sur le processus qui a permis de lancer l’association, il faut savoir que cela s’est enchainé assez vite, avec l’idée de profiter du TechDays comme tribune pour se faire entendre (c’est réussi au demeurant Sourire).

Cela ne remet pas du tout en cause la liste de membres fondateurs, mais expliquera certainement que de potentiels membres fondateurs méritoires ne figurent pas dans la liste (nous avons d’ailleurs quelques personnes identifiées sur lequel le processus n’est pas tout à fait bouclé).

Néanmoins, j’assume la liste définie des personnes qui ont répondu « présent » à notre appel. Et pour les absents qui devraient y être, j’assume aussi le fait d’avoir tenu à ne faire figurer que des gens dont j’étais sûr de l’authenticité de la démarche.

Pour comprendre les choix de représentation dans cette liste, il faut prendre en compte plusieurs dimensions :
1. Le besoin de créer un certain impact médiatique en sélectionnant des personnes issues de sociétés reconnues sur le métier logiciel.
2. Pour la même raison, le besoin de prendre des gens qui ont un certain niveau de reconnaissance ou de légitimité.
3. Enfin, comme tu le suggères, le besoin de disposer de gens qui passent leur journée dans l’outil de développement et ont comme principal objectif la production de code.

Il est sûr que si nous avions pu avoir 20 personnes répondant aux 3 critères, par exemple, les 20 développeurs « stars » reconnus sur le marché et pris chez les éditeurs de logiciels français dont le CA est supérieur au milliard… et bien, nous n’aurions pas eu besoin de créer cette association ! Clignement d'œil

Les personnes de la liste sont dans les cas de figure suivant :
a) Soit elles passent effectivement leur journée dans un outil de développement et en ont fait leur métier
b) Soit elles ont pris la tête d’équipes de développement chez des éditeurs de logiciels reconnus et connaissent parfaitement la valeur ajoutée du développeur
c) Soit elles sont à la tête de sociétés qui visent principalement les développeurs et en ont fait leur crédo
d) Soit elles représentent le lien avec un écosystème significatif de développeurs (les évangélistes)

Au final il y en a plus que tu crois dans la catégorie a), malgré les titres, et toutes les personnes mentionnées ont commencé dans le développement. De plus, tout aussi important, je me suis assuré que chacune des personnes de la liste est animée par une sincère passion du métier de développeur.

Leur choix personnel d’évolution a en général été un moyen de poursuivre avec succès dans cette voie, malgré un environnement français qui ne rend pas forcément cela facile.

Je ne détaille pas beaucoup plus à ce stade, car je crois qu’il sera intéressant lors de prochaines communications d’interviewer chacun des membres fondateurs dans ce blog pour expliciter leur motivation et communiquer leur passion.

Et bien sûr, nous accueillerons avec enthousiasme les témoignages de tous les membres, la notion de “fondateur” servant surtout à donner l’impulsion suffisante pour que le mouvement ne retombe pas comme un “soufflé”.

A ce sujet, sachez que nous travaillons sur la création juridique de l’association pour nous aligner sur le mode de fonctionnement et d’animation.

Nous espérons pouvoir vous en dire un peu plus le mois prochain, notamment sur la manière de se joindre “formellement” au mouvement.

Fièrement vôtre, Clignement d'œil

Daniel COHEN-ZARDI

Posté dans Actualités | Taggé , , , , , | 11 Commentaires

11 Réponses à Pourquoi des membres fondateurs qui ne sont plus de “purs développeurs” ?

  1. jjrdk a dit:

    « d’interviewer chacun des membres fondateurs dans ce blog pour expliciter leur motivation et communiquer leur passion »

    Il serait intéressant si les gens que vous interviewez expliquerait également comment ils font la promotion de la reconnaissance des développeurs dans leurs sociétés respectives, dans la pratique.

  2. badprocess a dit:

    Je pense qu’à terme, lorsque l’association sera « juridiquement » sur « patte », l’adhésion de « développeur star » (me viens en tête la tout de suite David Catuhe, Misturu Furuta, Pierre Cauchois, David Rousset…) sera un vrai plus pour donner de l’impulsion à ce mouvement. :)

    Pour ma part, j’en fait la promotion tout autour de moi (aussi bien pro que perso), et ce depuis la mise en ligne de ce blog (et la présentation aux TechDays, je sautai partout sur ma chaise d’ailleurs :p ). hâte de pouvoir en être « officiellement » :)

    • La liste que tu cites st intéressante, je les connais bien tous (j’en ai recruté certains chez Microsoft comme Mitsu et on vient de former les autres de là où je suis aujourd’hui).

      Néanmoins, ils sont « starisés » par l’effet scène et la visibilité des conférences Microsoft mais ce ne sont pas de « purs développeurs » au sens de la remarque de Yannick.

      Pour préciser, ce n’est pas du tout un reproche, juste un constat et c’est intéressant de voir que dans l’esprit des gens ils constituent le meilleur repère visible sur la dimension « star ».

      Cela valide pour moi le choix de mixer les rôles des membres fondateurs, l’essentiel étant de trouver ce qui nous unit (la passion du développement) et de reléguer au second plan tout ce qui est susceptible de nous diviser (rôle ou titre, technologies utilisées, etc…).

      Je suis certain que toutes les personnes citées adhéreront sans aucun souci au vu de l’implication de Microsoft dans le mouvement.

      Notre enjeu est plutôt de s’assurer de n’oublier aucun écosystème de développeurs et d’éviter absolument les querelles de chapelle technologique.

      Daniel

      • badprocess a dit:

        Tout à fait d’accord sur les « querelles de chapelle », ce n’est bien évidement pas du tout ce que je prône, j’ai cité ces quelques développeurs (j’aurai pu en citer plein d’autre que je concidère comme des « bêtes » dans leur domaine :) ) car j’évolu quasiemment exclusivement dans les technologies MS, ceci explique donc cela. :)
        Mais à côté de cet état de fait, je suis bien entendu en relation avec des développeurs de « tout bord », (PHP, Python, RoR, …), avec qui j’ai de très bonnes discutions constructives et des échanges enrichissants :)

  3. Nitsan Seniak a dit:

    Est-ce qu’on peut légitimement être membre fondateur sans être « pur développeur » ? Bonne question.

    A mon avis la réponse est facile: pour être membre, il faut adhérer aux objectifs de l’association et agir dans leur sens. Condition nécessaire, et suffisante. Au delà, l’association doit être ouverte à tous. Je rappelle les objectifs tels que Daniel les décrit sans son post initial :

    1. Promouvoir le métier de développeur de logiciels,
    2. Expliquer la valeur de ce métier alliant rigueur scientifique et force de créativité,
    3. Communiquer la noblesse du choix de faire carrière en tant que développeur,
    4. Valoriser l’impact de l’expérience sur l’équation économique des développements logiciels,
    5. Encourager le respect mutuel entre les développeurs indépendamment des plates-formes et technologies utilisées.

    En tant que membre fondateur non développeur, j’adhère à 100% aux objectifs. Certes, je ne peux pas prétendre à être personnellement « fier d’être développeur ». Mais je suis fier d’être entouré de développeurs/euses talentueux, et d’agir au sein de mon organisation pour promouvoir le caractère unique de leur talent.

    • Nitsan,

      Puisque ce n’est pas toi qui peut le dire, j’ajouterais à cela que tu dois savoir un peu coder, vu que Pierre Haren (NDLR: le fondateur d’ILOG) lui-même m’a dit que tu étais le meilleur développeur qu’il avait connu.

      Donc même si tu passes sans doute moins de temps dans Eclipse aujourd’hui, tu seras un excellent avocat de la cause !

      Daniel

  4. Nicole Efanda a dit:

    Bonjour,
    Je souhaite réagir à cet article et au commentaire de Yannick.
    Moi, je suis développeuse de métier. Mais l’évolution de ma carrière m’amène aujourd’hui à ne pas faire que du développement. En effet, en dehors de développements sur les technologies .net – C#, l’univers des sites Web et VBA – Office, je gère aussi mon auto entreprise et réalise des paramétrages et tests sur l’outil Project Server.
    Cela ne m’empêche pas d’être fière de ce métier passionnant, qui est le mien.
    C’est toujours avec la même passion que je réalise des développements. C’est aussi avec fierté que je parle de mon métier et des réalisations effectuées.
    J’espère que je pourrais prendre part à cette association, même si aujourd’hui, je ne fais pas que du développement.

  5. Frédéric STECZYCKI a dit:

    +1

    Démarche très intéressante. Merci.

    Développeur Sénior (principalement C++ natif ces 12 dernières années et ex-MS MVP sur VFP)

    J’ai toujours mis en avant le côté « artisan voire artistique » du métier.

    A votre/notre et donc mon service.

    Fred, encore fier d’être développeur.

  6. Je ne suis pas un fondateur mais je connais certains d’entres eux.

    Je suis CTO et pourtant je continu à :
    - Piloter au moins un projet de développement tous les ans
    - Développer 2-3 bêtises ici ou là dés que j’en ais l’occasion

    C’est presque sanitaire pour moi. La question est donc pertinente et je pense qu’il faut s’accrocher le plus longtemps possible au dev. C’est bon pour les neurones, pour comprendre les difficultés des autres développeurs, éviter de prendre des décisions avec des critères trop dogmatiques, rester ouvert aux découvertes et nouveautés.

    Maintenant je suis totalement convaincu que Nitsan à totalement raison. Nous avons tous développé un jour. Si ce métier nous parle c’est que nous l’avons dans le sang. Moi je l’ai rencontré à l’age de 11 ans et il ne m’a plus jamais quitté.

    Alors oui, fier d’être développeur !

    Mus

  7. Mitsu a dit:

    Bon ben je ne suis pas un pur développeur alors… snif :(

Laisser un commentaire