La vision du mouvement associatif « Fier d’être développeur »

Ca y est, l’association existe formellement et ses statuts ont été déposés !
Vous trouverez ci-dessous, la vision du mouvement sur laquelle se sont accordés les fondateurs.

Contexte

Le développement logiciel sous toutes ses formes est l’un des plus beaux métiers du monde. Ceux qui l’exercent en sont intimement convaincus.

Pourtant, ce métier reconnu dans d’autres pays avec ses « stars planétaires » est totalement sous-considéré et sous-valorisé en France.

De ce constat est parti le mouvement « Fier d’être développeur« , un mouvement porté avant tout par une communauté d’individus partageant des valeurs fortes et souhaitant les porter

Mission

L’association se donne comme objectifs de :

  1. Promouvoir le métier de développeur de logiciels,
  2. Expliquer la valeur de ce métier alliant rigueur scientifique et force de créativité,
  3. Communiquer la noblesse du choix de faire carrière en tant que développeur,
  4. Valoriser l’impact de l’expérience sur l’équation économique des développements logiciels et améliorer le positionnement des développeurs séniors,
  5. Témoigner du levier d’intégration sociale que constitue un métier qui peut s’apprendre avec peu de moyens et beaucoup de volonté,
  6. Développer un message de diversité sur différentes dimensions, à commencer par la valorisation de ce métier auprès des audiences féminines,
  7. Encourager le respect mutuel entre les développeurs indépendamment des plates-formes et technologies utilisées.

Moyens d’actions envisagés

Les actions seront en perpétuelle évolution mais on envisage déjà :

  1. Adhésion payante des membres avec obtention en retour d’un tee-shirt (idée d’un concours annuel pour le renouveler),
  2. Ouverture à une adhésion société dans une logique de parrainage « non commercial »,
  3. Développement des messages de l’association et relais par tous les canaux possibles, y compris la valeur de la capacité d’intégration sociale du développement logiciel,
  4. Interviews vidéos de développeurs racontant leur parcours,
  5. Mini-sondages, anecdotes et blagues de développeurs à des fins d’animation,
  6. Production d’éléments tangibles sur le métier pour lutter contre les effets pervers du « moins-disant » dans la relation achat/SSII,
  7. Entretien de liens avec les écoles d’informatique,
  8. Promotion du levier de stages de 3e pour mieux faire connaitre ce métier,
  9. Évènements de type « coding party » multi-technologies,
  10. Partenariats institutionnels : Munci, Afdel, Syntec, Sell, etc…

Mesure de l’impact

Une étude initiale de perception, par un organisme spécialisée pourrait être cofinancée par les grandes sociétés supportant le mouvement, avec en cible l’idée d’en refaire une identique dans 5 ans.

Daniel COHEN-ZARDI
Président de l’association “Fier d’Etre Développeur”

Posté dans Actualités | Taggé , , , , , , | 10 Commentaires

10 Réponses à La vision du mouvement associatif « Fier d’être développeur »

  1. Paul75 a dit:

    Félicitations, les objectifs sont encourageants !

    Je retiens plus particulièrement :

    - [Production d’éléments tangibles sur le métier pour lutter contre les effets pervers du “moins-disant” dans la relation achat/SSII]

    => Les SSII françaises sont en effet clairement les 1eres responsables de la lente dévalorisation de notre métier !
    . Encourager de nouvelles formes de sociétés de services informatiques sans commerciaux (groupements de freelance…)
    . Valoriser l’expérience des développeurs (les SSII ne veulent plus que des débutants pour ce métier…)
    . Prendre exemple sur les modèles économiques aux USA (cf. http://www.lefigaro.fr/emploi/2012/04/19/09005-20120419ARTFIG00779-les-jobs-en-or8230-et-les-autres.php, l’informaticien est le « job en or » N°1 avec un salaire moyen de 88 000 dollars/an… en France on en est très très loin !)

    - [Partenariats institutionnels : Munci, Afdel, Syntec, Sell, etc…]

    => C’est un bon point que d’associer aussi bien des organisations syndicales/associatives (Munci, qui défend les salariés…) que des organisations patronales/économiques (Syntec, Afdel…) mais ne pas oublier que ces dernières représentent surtout les SSII !

    J’ajouterai :
    Renforcer les transferts de compétences entre le monde des éditeurs, les centres de formation et les développeurs français (partenariats, séminaires…)

    • Je pense qu’on ne peut pas blâmer QUE les SSII. Les clients ont leur part de responsabilité avec des politiques achats totalement inadaptées à de la prestation intellectuelle à forte variabilité de résultat.
      Certes les SSII n’ont pas eu le courage de développeur un vrai message de valeur pour lutter contre cela, mais c’est la relation d’ensemble qui pose problème… et qui à mon avis se retourne déjà contre les clients (quand je vois le coût global des projets sur le terrain en regard de résultats souvent mauvais et truffés de dette applicative).
      Tout le monde gagnerait vraiment à mieux expliciter le fait qu’il vaut souvent mieux payer une développeur senior 800 Euros par jour que payer un junior 400 alors qu’il va aller 3 fois moins vite sur ce qu’il va réussir, qu’il va rater des choses et qu’il va introduire des problèmes futurs. C’est une évidence écrit comme cela.
      A minima, il faut un meilleur équilibre des profils dans les projets, alors que les grandes SSII ne gagnent désormais d’argent que sur les profils débutants… entretenant un cercle vicieux pénalisant pour tous.

      Daniel

  2. Tout à fait d’accord. Je pense qu’un gros problème en France est que l’informatique n’est pas suffisament intégré dans le « business ». On essaye de gérer la construction d’un logiciel comme la construction d’une voiture, on pense que tout peut être délocalisé tant que le « savoir » (métier) reste en France.

    Il faut que les leaders d’entrerpise comprennent l’intérêt que peut avoir un « artisan du logiciel »!

  3. EFANDA Nicole a dit:

    Bonjour à tous,
    Je me félicite de la naissance de notre association. Nous devons défendre ce beau métier qui est le notre. Pourtant, il est si fortement dévalorisé et nous passons un peu tous pour des fous.
    D’autre part, en tant que femme de plus de 40 ans, je me sens encore plus dévalorisée et rejetée par certaines SSII. « C’est un métier d’homme! Et à plus de 40 ans, vous êtes trop vieille ! »
    Oui, nous devons donc nous défendre et remettre en valeur ce métier passionnant.
    Alors, comment devenir membre de l’association?
    Nicole

  4. Christelle a dit:

    Pour prôner la gente féminine dans ce métier… Est ce que les fondateurs en font partis ?

    En tout cas je lève mon glève pour l’honneur d’être développeuse, et pour avoir vécu le travail en équipe qu’avec des filles. (Bravo !!)

    Bien trop souvent cloisonée à absorber l’animosité de l’équipe: le rapport 1femme / 5hommes par équipes de dév est de rigueur chez les ingénieurs.

    Belle perspective =>

    • Christelle,

      Ce sujet nous tient à coeur. Dans la finalisation de la liste des membres fondateurs, nous devrions avoir une femme, c’est en cours de validation.

      Dans tous les cas, nous espérons bien donner la parole aux développeuses dans nos tribunes. Cela fait du bien à tout le monde d’avoir de la mixité.

      Daniel

  5. Cool !
    Je n’ai fait que me battre durant toute ma scolarité contre mes profs qui voulait me voir « chef de projet ». Encore aujourd’hui j’essaye, à mon niveau, de faire bouger les mentalités chez les étudiants que je croise…

    Comment peut-on faire pour adhérer, payer sa cotisation, et s’impliquer localement avec vous ? Je suis sur Lyon.

    • Nous ne sommes pas encore tout à fait prêts pour recueillir les adhésions mais le travail au niveau du site et des aspects logistiques (compte en banque, production des tee-shirts…) est en cours.
      Patience, on préfère le faire bien que le faire vite et comme on a tous un vrai job !
      Daniel

  6. Ce sera avec grand plaisir que j’adhérerai à l’association pour défendre notre beau métier. Etant passé par la case gestion de projet et encore aujourd’hui ayant à gérer un ensemble de tâches administratives je ne peux que abonder dans le fait que le développement est certainement l’un des plus beaux métiers pour ceux qui aiment à la fois la technique et la créativité.

    En revanche, il faudra absolument promouvoir le mouvement au niveau régional et non pas uniquement sur la région parisienne, encore trop peu d’évènements intéressants (comme les coding party) ne se font en régions. Si l’on veut promouvoir notre métier il faut le montrer au plus grand nombre. Pourquoi pas un concours « Coding4Fun » national, avec des qualifications régionales ?

    Vivement l’ouverture des adhésions….

    Marc

  7. C’est où qu’on signe ? j’ai hâte de pouvoir adhérer à une telle association, je suis à 200000% dans cet état d’esprit et je suis fier d’être développeur !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>