Trop belle pour être développeuse

Le monde de l’informatique est particulierement masculin, dans les écoles d’Ingénieur, les filles sont rares et les jolies plus rares encore. Est-ce la raison pour laquelle les filles font un peu l’objet d’une  instrumentalisation dans le domaine du développement informatique ?

 

Clubic pro.com relate un incident qui s’est produit concernant une publicité publiée sur LinkedIn par Toptal un réseau de développeurs Web et l’article met en avant le préjugé selon lequel une jolie fille ne pourrait pas être une vraie développeuse.

 

En fait, suite à plusieurs remarques et/ou plaintes, LinkedIn aurait tout simplement censuré et retiré l’annonce la jugeant offensante pour les femmes….

 

Taso du Val, le Président de Toptal, s’en défend ‘nous avons pris des clichés extrêmement professionnels d’hommes et de femmes travaillant effectivement pour le réseau Toptal’

 

Ceci étant dit, nous avons recherché l’original de la publicité, et au-delà de la photo, le ‘Top’ Engineers et le ‘Try for 2 weeks’ ne sont-ils pas un peu limite ? La publicité a d’ailleurs été signalée par des membres du réseau qui l’ont donc trouvée inappropriée.

 

linkedinad

 

En fait, la question n’est pas seulement de savoir si les développeuses n’ont pas le droit d’être jolies, la question serait plutôt de juger de l’exploitation excessive du physique des développeuses pour faire de la publicité.

 

Et vous, quelle est votre opinion sur le sujet ?

 

L’Equipe FDD

Posté dans Actualités | Taggé , , , | 9 Commentaires

9 Réponses à Trop belle pour être développeuse

  1. armandberger a dit:

    Toute publicité présente toujours une image idéalisée, difficile donc de reprocher à Toptal d’avoir choisie une salariée au physique avantageux plutôt qu’un développeur en surpoids avec des tâches de tomates de Pizza sur son T-shirt. De même ‘Top’ Engineers et le ‘Try for 2 weeks’ ne sont-ils pas surtout la démonstration de notre manière masculine un peu « limite » de penser. Si l’on remplaçait la photo de cette développeuse par celle d’un joli garçon, aurait-on demandé le retrait de cette annonce en la jugeant offensante pour les hommes ? Et surtout, la mention ‘Try for 2 weeks’ aurait-elle été immédiatement détournée d’une simple proposition commerciale vers une suggestion sexuelle ? Certainement pas. Cette affaire est donc le reflet de l’attitude ultra-machiste du milieu geek, dénoncée courageusement par certaines journalistes et qu’il faut combattre. Une attitude dont notre milieu est bien trop souvent coutumier. Lors de la première plénière des derniers Techdays j’ai été affligé par la prestation sur scène de Nathalie de Masterchef dont l’intervention ne semblait être justifié que pour vérifier l’adage selon lequel « une fille ne comprend rien à la technique, sauf si c’est un garçon manqué » et, au contraire, ravi des démonstrations techniques de Julie Knibbe qui a anéanti avec brio ce même adage. En tant que développeur masculin, veillons à ne pas avoir d’apriori machistes sur nos collègues féminines et arrêtons les allusions sexistes intentionnelles ou non pour ne les regarder, avant tout, que par rapport à leurs compétences, et vive les développeuses !

  2. Tiens tiens je ne l’avais pas vu passer cet article.
    Je pense qu’il y a d’autres façon de mettre en avant le fait de vouloir recruter des développeuses, et encore si une entreprise souhaite exclusivement des développeuses, il s’agit de discrimination envers les développeurs …

    Pour moi les développeuses sont des développeurs comme les autres. Un être humain éxercant un métier.
    On a juste notre petite touche féminine en plus, un avis différent sur certains points.

    Aller, vive les développeuses ;-).

  3. Aralaiso a dit:

    Le monde de l’informatique est particulièrement masculin ==> Faux

    Cela est culturel … et dépends des pays…

    Pour avoir travaillé avec une société Offshore, en Bulgarie, la majorité des développeurs sont des développeuses… et belles de surcroît. Là bas, le rapport est inversé…

  4. Christophe F. a dit:

    Je suis assez d’accord avec l’analyse d’Armand, la publicité est faite pour séduire le public visé, et dans le cas présent il semble qu’il y ait eu aussi des photos d’hommes donc avant de crier au loup respirons deux minutes. De une développeuse devrait elle souffrir de discrimination négative parce qu’elle est jolie par rapport à une développeuse physiquement moins avenante? A méditer…

    En tout cas avoir marqué les photos de la publicité de « Toptal » comme choquantes me fait un peu sourire… Que dire de celles d’autres acteurs de l’informatique comme (comme Windev ou certains organisme de formation par exemple) ? Je ne voudrais pas être une fille travaillant dans un OpenSpace de développeurs WinDev ayant affichés le poster de la liste des fonctions disponibles dans le WLangage (http://www.pcsoft-windev-webdev.com/visuels/WLangage-un-L5G-puissant.pdf). Dans leur pub je ne suis pas certain que l’image de la femme permette de se faire une idée des apports de l’outil pour le développement. En tout cas Windev fait un drôle d’effet à ces dames!! Et nous développeurs et décideurs informatique devrions être outrés d’être considérés comme de simples machistes qui ne réfléchissent qu’avec leur « petite tête » pour choisir un outil de développement plutôt que d’étudier son adéquation avec nos besoins et contraintes techniques.

  5. Chloé a dit:

    Je suis moche et je suis développeur de sexe féminin et même si j’étais belle j’aurais été développeur

    • Anne a dit:

      Je viens de subir un nouveau show Pcsoft pour la promotion de leur dernière version. 3h30 d’humour macho-beauf de base
      « alors vous avez donc l’assistant d’installation qui vous permet… » « aaaaah mais moi je préférerais une assistante ! « …
      « alors j’ai fait un site web pour ta femme  » « hein ??? t’as parlé à ma femme ?  » « hein ? t’as pris des photos avec ma femme ?  »
      Voir carrément des graphisme montrant des charges par développeur avec 3 gros carrés signifiant plein de travail fait et à faire – et 2 pauvres machins tout plats signifiant rien à faire – et même pas fait avec des prénoms féminins… bon une femme pourrait analyser qu’elles n’ont rien à faire parce qu’elles ont géré la qualité de leur code et n’ont aucune anomalie à traiter ;-)

      Le tout avec des posters de bimbo de tous les côté, de superbes hôtesses d’accueil pour nous distribuer les posters de bimbo, et comme je fais partie de cette espèce étrange nommée la « développeuse » – voire l’ex-développeuse/chef de projet (j’ai réussi à coucher malgré ma mocheté), j’ai eu droit à l’exclusivité spécial-bobonne : l’accroche-sac à main.

      Pour tout vous dire je ne suis pas passée loin de quitter la salle en leur expliquant ma façon de penser devant public (composé à 99% d’hommes). Mais bon.

      En général mon genre ne me dérange pas pour le boulot, bien que j’aie connu l’open-space avec collègues mâles et posters de pin-up accrochés au mur. Heureusement un chef de service m’a sauvée et a eu le bon goût de virer l’image. Mais celle qui était dans la tête de mes collègues est toujours là.

      Bref : l’informatique est bel et bien masculine, et une femme a du boulot pour s’y faire un chemin, elle a intérêt à être bonne (nooon pas bonne « oué vas-y mad’moiselle t’es trop bonne » – l’autre !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>